L’astrologie en tant que système

L’astrologie est constitué de trois niveaux.

En premier lieu, on trouve les « planètes ». Un terme un peu général qui renvoie aux corps astraux constituant le système solaire.

On a donc une première série constituée par le Soleil et la Lune, Mercure, Vénus et Mars, puis Jupiter et Saturne. Ces sept corps astraux sont visible à l’œil nu et leurs mouvements apparents visible de la terre ont été pendant longtemps les seuls pris en considération par les astrologues. Puis sont venus s’ajouter Neptune, Uranus et Pluton. Dix au total.

A celles-ci, on ajoute les signes du zodiaque, des constellations d’étoiles disposées dans une couronne tout autour de la terre. Astronomiquement parlant, celles-ci présente l’avantage de pouvoir donner aux planètes une position. Une planète en Scorpion, par exemple Vénus, est une moyen simple que de lui donner un repère spatial.

En cela, l’astrologie ne se distingue pas de l’astronomie puisqu’elle correspond à l’observation du ciel. C’est l’astrologie sidérale, à distinguer de l’astrologie tropicale, celle en vigueur actuellement, qui elle ne tient pas compte du mouvement tournant des constellations autour du système solaire, la précession des équinoxes, soit un tour complet en 26 000 ans.

Vient ensuite s’ajouter un dernier niveau propre à l’astrologie que sont les maisons. Au nombre de douze, elles sont issues d’un calcul posé par rapport à l’heure de naissance. La plus connue est l’ascendant, la maison I.

Pour l’astrologie traditionnelle, ces trois strates constituent différents niveaux de sens qui vont créer un portrait de l’individu. Chacun de ceux-ci sont constitués par des définitions, des éléments de langage qui détermine des qualités, des fonctionnements, des attitudes, …

L’astrologie traditionnelle, comme tant d’autre sciences humaines, entend la nature humaine comme un système qui est à décrypter et dont la connaissance amène à une plus value.

Qu’on lui accorde ou pas de l’importance, l’astrologie s’étudie comme un système qui a sa propre conception de la psyché humaine. Pour l’astrologie traditionnelle, les planètes ont une influence sur l’individu aussi bien que sur son destin. Elle conduit à une vision assez fataliste qui se résume essentiellement à une forme d’oracle.

Dans sa conception moderne, elle redonne à l’homme son libre arbitre et se décrit elle-même plus volontiers comme un outil psychologique permettant de définir une typologie des comportements humains. Les comprendre serait une façon d’acquérir une maitrise plus ou moins juste sur ceux-ci.

Ces deux tendances, ancienne et moderne, repose sur l’idée que la réalité est un système autonome, distinct du sujet qui l’observe, soumis à des lois de cause à effet qui permettent de comprendre son fonctionnement.

Comprendre les causes pour comprendre les effets. Maitriser les causes pour maitriser les effets.

Le système astrologique a sa propre logique, sans doute, mais il correspond néanmoins à ce paradigme qui gouverne toutes les sciences humaine et scientifiques.

Sans remettre en cause l’efficacité de celui-ci, il fait de la réalité un système. Une vision systémique qui est loin d’épuiser toutes les réalités.

L’astrologie est donc un système dont la compréhension, en dehors des a priori positifs et négatifs, m’a permis de considérablement élargir mes horizons. Pour autant, j’ai aussi compris que je restais prisonnier de la matrice. Jusqu’à la pilule rouge.

Suivez le lapin…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :